04 - Les pères, les frères, les profs laïcs..
de ce temps-là
(49-55)

Accueil       Menu

Voici pour cette période de six ans, les noms de ceux qui ont eu l'insigne privilège de nous éduquer. Qu'ils soient remerciés, même si à l'occasion nous n'étions pas toujours d'accord. (et il y en a eu des occasions de punitions, de retenues, de cartes bleues ou jaunes...) Il faut bien que jeunesse se passe.

Note :Il manque certainement des noms. Aidez-nous à compléter cette liste incomplète.

 

Les Pères jésuites (SJ, ce qui signifie, comme chacun sait: societas Jesus ou Société de Jésus, la fameuse "Compagnie" fondée par Ignace de Loyola.) On le verra, nos " pères " étant flamands avaient presque uniquement des noms flamands, nous étions dans une province jésuite desservie par la communauté flamande de Belgique, contrairement au collège de Léopoldville-Kinshasa, et plus tard le collège dit inter racial d'Usumbura, où ce seront principalement de pères jésuites venus de Wallonie. L'organisation administrative du collège était très hiérarchisée, comme la Compagnie elle-même avec son général, le pape noir. Un recteur à la tête de tous et de tout, un père ministre (le trésorier: c'est lui qui achetait les fournitures et s'occupait des finances du collèges et des relations financières avec les parents), un préfet de la discipline, un autre pour les études (pas toujours). Les pères professeurs et les pères surveillants. Les pères prêtres et les scolastiques (en stage avant l'ordination) (cfr Père Émil Jansen, scolastique surveillant des grands en 49, il reviendra prêtre en 53, prof de rhéto)


Pères Recteurs: (Pour tous les SJ de cette époque, je recommanderais d'abord la photo *ph.132 )

- Père Paul Croonenberghs (de juillet 49 à mars 54) (*ph.135, 045, 132, 133 ..)

- Père Dewolf, ancien prof de rhéto, revenu de Belgique après queques mois, pour intérim de mars 54 à août 54)

- Père Schurmans (de sept 54 à juillet 55). C'est lui qui fera le discours au roi Baudouin, à partir d' un bout de papier que le roi voudra garder parce qu'il y avait fait mention de Léopold III.(*ph.650 )


Pères non profs

- Père Jean Smets, préfet de discipline de 1946 à août 53 (*ph.132, 133, 134 ..)

- Père van de Kerkhove, son remplaçant en 53-55. On l'appelait: Le pif, à cause de son long nez.

- Père Ernest Van den Broek, Père ministre (*ph.137 )

- Père Van de Straeten, surveillant des tout-petits (Tournesol ou Picard)

- Père Fernand Van den Abeele, dit Marie-qui-louche, surveillant des petits jusque..

- Père de Crombrugghe, dit fossile, surveillant des moyens

- Père Jansen, surveillant des Grands en 49-50, joueur du Victory, (*ph.601 ) puis partira, puis reviendra ordonné et grossi comme prof de rhéto en juillet 53.

- Père Van Grunderbeeck, dit Rollmops, surveillant des grands de sept 50 à juillet 54(?)

- Père De Clerck, surveillant des Moyens, dit King-kong

- Père.. XXX avec une barbe dit Fétiche, surveillant des Moyens (pas longtemps)

- Père de Bruecker (?)

- XX, Demi-portion, surveillant des grands la dernière année (*ph.213, 643 )

- Père Claes, (dit et redit : Bilulu), un autre surveillant des grands 54-55, très philosophe spécialiste en existentialisme, aimait bavarder, connaissait bien Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir. Il quittera la compagnie vers 57 (*ph.213)

- Père François Van den Abeele.(?)

- Pas vus, mais surveillants juste avant 1949, et entendu parler de: Père Van der Auwera, dit Macayabo, surveillant des grands et Père Vivex, surveillant des petits


Pères professeurs

Père Dewolf, prof de rhéto (49-53), biblioth. Humanitas

Père Collin, prof de rhéto, auteur de nombreuses préparations en latin (surnom: Coucouille)(*ph.138 )

Père Jansen, prof de rhéto, spécialiste en cinéma (déjà mentionné plus haut)

Père Bertrand, prof de poésie (49-53), ténor répétiteur de chants, Victor Lavu entraîneur du Victory (surnom: Poupousse)

Père de Grelle, savant, nombre d'or dans Virgile, prof de poésie 53-54(*ph.146, 417 )

Père Guy Jacqmotte, mon prof de poésie en 54-55, très bon jeune prof, théâtre..(*ph.643 )

Père Joseph Cuypers, dit Cupidon, mon prof de 3e latine, jardinier, aumônier de Clan, totem: milan. "C'est l'évidence même" (Surnom: Cupidon) (*ph.613, 417, 441, 450, 454 ..)

Père Croegaert, CT, totem: cerf, prof de 4e latine jusqu'en 1951

Père Guy Verhaegen, mon prof de 4e latine depuis 51 jusque 53(?) (Surnom: dentifrice)(*ph.145), CT, totem: sanglier

Père Michel Deckers, aumônier scout, parachutiste, ancien aumônier des troupes belges en Corée, sera tué en accident d'avion en 1960, prof de 4e latine(?)(53-55)(*ph.143 ), aumônier scout, totem: loup ardent

Père Peeters, prof de 5e latine, aumônier des louveteaux (49-51)

Père De Wilde, (surnom: barre-à-mine), mon prof de 5e latine (51-55) (*ph.442 )

Père Émile Somers, mon prof de 6e latine (49-51)

Père Van de Vyver, prof de physique et titulaire de 1 ou 2e scientifique

Père Butaye, prof chez les Flamands


Frères jésuites

- Broeder C. Joossen, dit Dupont, infirmier, procure, orientation, cinéma et pouponnière(49-54)

- Frère Prouvé, dit Dupond, cuisine, buanderie(?), joueur du Victory

- Frère Bracaval, maintenance, installations cuisines, nouvelles constructions...(50 à 53)(*ph.144)

- Frère Ooyen qui venait du Vatican et s'occupait des servants de messe (*ph.142 )


Note : de tous ces pères et frères, il y en a cinq, me semble-t-il, qui vécurent au collège tout le long de ces six mêmes années que nous (49-55). Ce sont le père ministre, le père Cuypers, le père Van de Vyver, et les deux frères Prouvé et Joossen. S'il y en a un ou deux autres, je les prie de m'excuser de les avoir oubliés.


Il y a aussi les frères maristes qui ont enseigné dans les préparatoires et les modernes. Chez eux, jamais de nom, uniquement des prénoms...

- Frère Étienne, mon prof de septième préparatoire en 49-50 (*ph. 202 )

- Frère Aybert en 8e pr. (*ph. 201 )

- Frère Ernest.. avec des lunettes, qu'on surnommait Pivot en 9e pr. (premier prof de Christian)

- Frère Achille, 2e ou 3e année joueur du Victory, malgré ses grosses lunettes qu'il maintenait avec un gros élastique dans la nuque (*ph. 139, 601 )

- Le frère Louis (*ph. 139 )

- Frère XXX dit Bohame (nom populaire de la grue couronnée, à cause de son grand cou), prof chez les Flamands ou.. en modernes..)

Enfin les profs laïcs:

- M. Van der Vorst (et sa femme), profs de musique (en classes) et de piano (en cours particuliers) (*ph.182 )

- M. Amand Zaman, prof de gym (*ph.181 )

- M. Van der Wilt, prof de math, le spécialiste des ronds parfaits sur le tableau (avec sa petite ficelle), colérique : son célèbre "Funérailles!" retentit encore à mes oreilles.) (*ph.183 )

- M. Pas, prof de math, avait un petit seveu sur la langue, mais prof très gentil (*ph.183 )

- M. Jean Mortier, prof de 6e latine, après Somers, CT, totem: élan (*ph.186 )

- M. Heyman, prof en flamand - théâtre, écrira des pièces en vers flamands (*ph.184 )

- M. Guy Lapage, prof de 6e ou 5e moderne (?) (*ph.614 )

- et encore d'autres :un en géographie et un en anglais... dont j'ai oublié les noms

 

Ah les jolis surnoms

Poupousse, Marie-qui-louche, Bidon, le Pif, Macayabo, Cupidon, Dentifrice, Barre-à-mine, Picard ou Tournesol, Pivot, Bohame, Fossile, King-Kong, Bilulu, Demi-portion, Fétiche, Coucouille, Dupond et Dupont, L'homme de Spy, et Rollmops.


- Rollmops : le surveillant des grands, mais il était petit. Toujours très propre, très ordonné, et grand organisateur, très sévère aussi et il roulait les R. Un chic type, mais quand il quittait l'étude, on pouvait entendre voler une mouche. Pas un ne parlait. Il ne disait jamais un mot de trop. Ainsi si on voulait savoir si on pouvait fumer à telle récréation, il suffisait de le regarder : s'il fumait, c'était oui. Il quitta le collège en 54 pour devenir missionnaire.

- Fossile et Marie-qui-louche: deux surnoms vraiment peu flatteurs. Et pourtant quels hommes délicieux, deux crèmes d'hommes, ces deux surveillants.

- King-Kong, le père De Clerck, un grand costaud très gentil, surveillant des moyens, je crois. Ne resta pas longtemps.

- L'Homme de Spy - ça, c'était mon prof de poésie, le père Guy Jacqmotte, un bon metteur en scène. Intelligent et très dévoué.

- Fétiche, un barbu, dont j'ai oublié le nom. Sera surveillant des moyens pendant un an (?)

- les deux Dupont, c'était deux frères Jésuites. Ils n'étaient pas frères de famille, mais frères dans la communauté. Comme ils portaient tous les deux la barbe et qu'ils étaient petits et "frères", ce furent évidemment les deux Dupont(d). L'un s'occupait de la cuisine et l'autre de l'infirmerie et de la procure. Le premier était nettement sportif et agile, le second calme et placide comme j'ai rarement vu. Deux bons Flamands, le broeder Prouvé et l'autre, broeder Joossen

- Poupousse (ou poupouce?) le prof de poésie Guy Bertrand qui nous apprenait des chants religieux, le samedi soir, avant la dernière étude. Également entraîneur du Victory et reporter dans Orientation sous le pseudonyme de "Victor Lavu"

- Barre-à-mine : Le père Guy De Wilde, un long maigre qui s'occupera de la cinquième latine et des louveteaux.

- Coucouille, le père Colin, (*ph.138 ) un petit vieux grassouillet, prof de rhéto en remplacement du père Dewolf. Il était un spécialiste es lettres gréco-latines. (Anecdote : un jour, il nous donna un cours de latin en troisième latine, remplaçant Cupidon. On étudiait Horace ou Ciceron et je traduisais tant bien que mal un passage. Nous avions des fascicules appelés "Préparation" pour nous aider. Il me demanda de lire ce qu'on disait dans la préparation. Je lus. Puis il me fit relire .. répétant, insistant: Oui, mais "on" a encore écrit autre chose. Allez voir, "on" dit aussi que... Et toute la classe, comprenant l'allusion, rigolait. Je me demandais pourquoi il insistait tellement, et enfin le franc est tombé: je me suis rappelé à ce moment que c'était lui l'auteur de la Préparation en question. Le "On", c'était Coucouille..)


Remarque : les surnoms: toujours pour les pères et quelques frères, pas les laïcs.

Pour les élèves, il y en eut quelques uns, mais ce fut très rare.

Quelquefois, selon leur nom: on utilisait parfois un diminutif : Luc Van Mossevelde sera appelé Van Moss, Papazoglakis, un grec, sera Papa, et Foscolo: Fosse

parfois un jeu de mots. Ainsi avec mon nom Bonsang, on dira : sens bon (rare et facile), Pour les Carpentier, on disait souvent: Carpette, Pierre Meessen sera appelé Fourchette (il était longiligne), mais surtout la traduction de son nom flamand est Couteau, alors..

Les vrais surnoms sont rares :

Georges Van den Heuvel : manivelle ou encore magnéto

Michel André : Marabout (son totem scout)

Antoine Cuypers, le fameux Cupidon, goal-keeper du Victory, a hérité du même surnom que son homonyme, le père Cuypers.

PS. J'ai toujours cru qu'avoir un surnom était bon signe: signe de popularité, mais aussi un honneur (Comme un totem, une familiarité qui vous intègre plus dans le cercle des élèves) Le surnom prouve aussi une certaine intelligence de la part des élèves qui affublent leurs profs et surveillants de ces sobriquets souvent bien choisis.

Accueil       Menu